Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les raisons du Jihad Cheikh Moujahed Abdullah Azzam.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ansar59
Membre


Nombre de messages : 23
Age : 34
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Les raisons du Jihad Cheikh Moujahed Abdullah Azzam.   Lun 1 Nov - 20:10

Cheikh Moujahed Abdullah Youssouf Azzam.





Louange à Allah Celui que nous prions, et de Qui nous cherchons l'aide et le pardon. Nous cherchons refuge auprès d'Allah contre notre propre mal et contre nos mauvaises actions. Celui qu'Allah guide nul ne peut l'égarer, et celui qu'Il abandonne, nul ne peut le guider. J'atteste que nul n'est en droit d'être adoré si ce n'est Allah , Seul sans associés, et j'atteste que Mohammed est Son serviteur et messager.



Ô Allah ! Rien n'est aisé excepté ce que Tu nous rends facile, et Tu rends les affaires difficiles, faciles quand Tu le veux.



Quiconque examine l'état des Musulmans aujourd'hui trouvera que leur plus grand malheur est leur abandon du Jihad « à cause de l'amour pour ce monde et du mépris pour la mort... » (Comme le rapporte un hadith relaté par Abou Daoud dans As-Sahiha 958). Ainsi, les tyrans ont réussi leur domination sur les Musulmans dans tous les aspects et tous les pays. La raison est que les mécréants se maintiennent ainsi uniquement par crainte de combattre. Combats donc dans le sentier d'Allah, tu n'es responsable que de toi même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition: Sourate An-Nisâ' 4:84.



Nous faisons alors appel aux Musulmans et les poussons à continuer de combattre, pour beaucoup de raisons, en tête ce qui suit :



• 1. Afin que les mécréants ne dominent pas.

• 2. A cause de la pénurie d'hommes.

• 3. La crainte du Feu de l'Enfer.

• 4. Accomplir le devoir du Jihad, et répondre à l'appel du Seigneur.

• 5. Suivre les pas des Pieux Prédécesseurs.

• 6. Etablir une fondation solide comme base pour l'Islam.

• 7. Protéger ce qui sont opprimés dans le pays.

• 8. Espérer le martyr.







1. Afin que les mécréants ne dominent pas



Sur ce point, dans les nobles versets du Coran, nous trouvons : Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus de fitnah, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s'ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu'ils oeuvrent



Donc, si le combat s'arrête, les mécréants dominent, et la fitnah, qui est l'associationnisme (shirk), se répand.







2. La Pénurie d'Hommes



La crise du monde Islamique est le manque d'hommes qui sont compétents dans la prise de responsabilités et le mérite de la confiance, comme rapporté dans le Sahih Boukhari :



"Les gens sont comme un énorme troupeau de chameaux dans lequel vous ne trouverez pas une seule monture -de voyage- (rahilah)."



Ce qui signifie que le fondamental (de l'Islam) dans la modération concernant les affaires de ce bas monde et dans le désir ardent de l'au-delà est aussi rare qu'un rahilah. Il a été rapporté que `Omar ibn al-Khattab a dit à la crème de ses compagnons : "Faites une invocation !"



Et alors chacun d'eux ont fit alors voeu d'une chose, et ensuite ils dirent : "Fais une invocation, Ô Commandeur des Croyants !"



Omar dit alors : "Je souhaite que je puisse avoir ce pays rempli de gens comme Abu `Ubaydah."



Les hommes qui savent sont peu nombreux, ceux qui agissent sont encore moins nombreux. Ceux qui accomplissent le Jihad sont plus rares et plus singuliers, et ceux qui restent ferme sur cette voie sont à peine suffisants pour être mentionnés.



Bien des fois ai-je rendu visite à une assemblée pour la récitation coranique, comprenant de jeunes Arabes qui s'étaient rendus au Pays de l'Honneur et de la Gloire (par là je veux dire la terre d'Afghanistan).



La Mise en route n'est effective qu'en chevauchant la monture de l'honneur, Et l'Honneur survient à mesure des voyages de nuit et des gardes.



Je dis, j'ai observé les ressources des jeunes, cherchant un parmi eux compétents dans les règles de la récitation que je pourrais ainsi mettre à la charge du groupe, mais je n'en ai pas trouvé un seul. Sur ce je pourrais bien dire, "Comment nos gens nous ont servi !", qui ont été les paroles mêmes que le Prophète a dites lorsque sept jeunes des Ansars ont été tués devant lui le Jour d'Ohoud. Nous disons que nos frères savants et propagateurs matures ne nous ont pas rejoint. Au contraire, certains d'entre eux recommandent à ceux qui reviennent (du Jihad) de s'asseoir avec complaisance dans leurs propres pays, même s'ils ne peuvent prononcer un mot contre l'injustice des oppresseurs et la tyrannie des occupants. Et certains d'entre eux émettent des verdicts (fatwas) sans science, en disant, "Les Afghans ont besoin d'argent et non d'hommes". Alors que pour moi, le long de ma vie quotidienne pour ce Jihad, j'ai trouvé que les Afghans sont dans un gravissime besoin d'argent. Mais leurs besoins en hommes sont plus graves, et la nécessité de propagateurs est plus grande. Je réaffirme ceci alors que je vis ma huitième année parmi les moujahidines.



Si vous avez le moindre doute sur ce que je dis, alors venez à nous. Nous traverserons l'Afghanistan afin que vous puissiez voir vous-même un régiment entier dans lequel pas une seule personne n'est compétente dans la récitation du Coran. Ensuite suivez moi vers un autre régiment afin que vous soyez convaincu qu'il n'y a personne dans celui-ci qui connaisse comment accomplir la prière funéraire, au point qu'ils sont obligés de transporter leurs martyrs à de longues distances afin de trouver quelqu'un pour prier dessus.



Comme pour les détails juridiques du Jihad, tel que la distribution du butin et le traitement des prisonniers de guerre, ces matières sont arrivés dans beaucoup de régiments. Due à l'ignorance à leur propos, cependant, ils ont été forcés de les transmettre à une région où il y avait un savant ou des savants qui peuvent leur donner leurs décisions d'après la Loi Islamique. Vous deviendrez informé, à cause des signes profonds laissés par les jeunes Arabes d'éducation modeste (peut-être n'ayant même pas dépassé les études secondaires), du besoin énorme de propagateurs, de récitateurs du Coran et de savants religieux. Nous mentionnons, par exemple, et par aucun moyen exhaustive à cela, les frères, Abdullah Anas, Abu Dajanah, Abu `Asim, Tahir ; ils y en a beaucoup d'autres à part eux. Si je devais vous parler de Abu Shu`ayb, l'Arabe illettré, et les impressions pleines de sens qu'il a laissé derrière lui dans toute la province de Baghl, vous vous trouveriez sans voix et étonné, abasourdi et dans un émerveillement incessant.



Nous avons encore espoir pour les frères qui n'ont pas été capables de s'échapper de la prison des pratiques communautaires, et qui ne se sont pas débarrassé de l'accumulation des coutumes ; ceux qui n'ont pas rejeté de leurs épaules les traditions des générations défaites à cause de la pression de la réalité profonde et avant le mal, combinant l'assaut des Orientalistes. Je dis à ces frères que si eux-mêmes ne sortent pas nous rejoindre, alors qu'au moins ceux pour qui les âmes papillonnent au-dessus du pays du Jihad devraient prier qu'ils l'atteignent avec leurs corps.



Nous avons demandé à une personne de l'équipe de Ahmad Shah Mas`ud - le plus brillant commandant en Afghanistan, sans conteste - 1 : "Parle nous à propos d'Abu `Asim, le récitateur du Coran, qui a trouvé le martyr (inshaaLLah) parmi vous à Andar b.", il a dit :



"Je n'ai jamais vu quelqu'un comparable à lui en dignité, humeur, tranquillité et conduite exemplaire. En conséquence, personne de nous avaient l'habitude de parler en sa présence, ni de d'étendre nos pieds, laisser une personne plaisanter ou rigoler." Que direz-vous, alors, frère, si je vous informe qu'Abu `Asim n'avait seulement qu'un enseignement de niveau secondaire, et qu'il n'était pas plus âgé de 23 ans, mais qu'il a mémorisé le Coran en entier ?



Donc, maintenant est venu le temps des vrais hommes, et ce n'est plus la place aux mots mais à l'action.



"Oublie les chambres fortes pillées, Parle moi plutôt au sujet des montures (chameaux)".



Ce vers de poème est de Amr al-Qays, et il signifie : Arrêtons de parler à propos des chambres fortes dont leurs contenus ont été pillés, et parlez moi plutôt au sujet des troupeaux de chameaux vigoureux dont nos vies dépendent. C'est une métaphore qui est dite à ceux qui parlent de choses insignifiantes alors qu'ils renoncent aux affaires importantes.



De façon certaine, les affaires lourdes et graves, des catastrophes pénibles sont tombées sur les Musulmans. Alors arrêtons de parler à propos de nourriture et de styles de discours, et à la place, parlez moi au sujet de cette importante affaire et de ce que les Musulmans ont préparé pour.



Affaires qui, si elles devaient être observées par un enfant, L'apparence de l'enfant deviendrait celle d'un adulte.







3. La crainte du Feu de l'Enfer



Allah dit : Si vous ne vous élancez pas au combat, il vous châtiera d'un châtiment douloureux, et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne lui nuirez en rien. Et Allah est Omniscient



Ibn al-`Arabi a dit : "Le châtiment douloureux dans ce bas monde est au travers l'occupation de l'ennemi, et dans l'Au-delà par le Feu."



L'Imam Qortubi a dit : "Il a été dit que ce qui est entendu par ce verset est que sortir (pour le Jihad) est obligatoire en périodes de nécessité, d'invasion des mécréants, et de fureur sévère au combat." (Voir Tafsir Al-Qortubi 8/142)



Allah dit : Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : "Où en étiez-vous ? " (à propos de votre religion) - "Nous étions impuissants sur terre", dirent-ils. Alors les Anges diront : "La terre d'Allah n'était-elle pas assez vaste pour vous permettre d'émigrer ? " Voilà bien ceux dont le refuge et l'Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l'exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu'Allah donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur



Boukhari a rapporté, par sa chaine solide de narration, que `Ikrimah a dit : "Ibn `Abbas m'a informé que des gens parmi les Musulmans étaient avec les païens, grossissant leurs nombres, à l'époque du Prophète (qu'Allah le bénit et le salue). Des flèches qui seraient tirées pourraient atteindre et toucher certains d'entre eux, les tuant, et alors Allah a révélé (les versets citées) : "Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes...".



Ainsi, les croyants à la Mecque qui s'étaient agrippés à leur religion et n'avaient pas émigré étaient sortis le jour de Badr par honte et par crainte des mécréants, ce qui a fait grossir les rangs des mécréants. Alors certains de ces Musulmans ont été tués, et d'après la narration de Boukhari, ils méritent l'Enfer. Que penser alors des millions de Musulmans qui sont humiliés avec des persécutions épouvantables, et qui vivent comme des bestiaux ? Ils ne peuvent repousser les attaques sur leurs honneurs, leurs vies et leurs biens. Ainsi, un tel homme ne peut même pas avoir sa propre liberté de laisser pousser sa barbe parce que c'est un signe manifeste de l'Islam. Ou bien, en fait, est-il libre d'avoir sa femme porter les longs habits requis par l'Islam parce que c'est un crime sur lequel il peut être attrapé (en prison) n'importe où et n'importe quand. Ou bien peut-il enseigner le Coran à trois jeunes Musulmans dans la mosquée parce que c'est une assemblée illégale d'après la loi de l'ignorant. Ainsi, dans certains des pays appelés Islamiques, il ne peut même pas avoir sa femme couvrir ses cheveux, ou bien peut-il se protéger des officiers du renseignement de lui prendre sa propre fille par la main en pleine nuit, dans le noir complet, où qu'ils voudraient. Peut-il refuser une injonction des autorités du mal d'accomplir un sacrifice trivial sur l'autel des caprices de ce tyran ?



Ces millions ne vivent-ils pas sous une méprisable subjugation, et les anges ne prendront-ils pas leurs âmes alors qu'ils ont fait du tord à eux-mêmes ? Quelles seront alors leurs réponses quand les anges leur demanderont : "Où en étiez-vous à propos de votre religion ?" ? Ne diront-ils pas : "Nous étions faibles et impuissants sur terre" ?



La Faiblesse n'est pas une excuse devant le Seigneur des Mondes. En fait, c'est un crime rendant son auteur coupable de mériter l'Enfer. Mais Allah excuse ceux qui sont avancés dans l'âge, les petits enfants et les femmes qui ne peuvent ni trouver un moyen de se libérer, ni connaître la voie vers la Terre de l'Honneur, ni être capable d'émigrer vers la terre d'Islam ou atteindre la base pour le Jihad.



Je ferai tourner mon visage loin d'une terre qui a Rendu ma langue inefficace et a emprisonné mon coeur, La résolution claire d'un homme et son bon sens dictent qu'il se tourne loin du regard furieux du soleil.



Le Jihad et l'Hijra ont un rôle profondément enraciné qui ne peuvent pas être séparé de la constitution de cette religion. Une religion qui n'a pas de Jihad ne peut s'établir sur aucune terre, ni fortifier son cadre. Le Jihad ferme, qui est une des composantes les plus profondes de cette religion et qui a tout son poids dans les balances du Seigneur des Mondes, n'est pas un phénomène contingent particulier à la période dans laquelle le Coran a été révélé ; c'est en fait une nécessité accompagnant la caravane que cette religion guide.



Sayyed Qutb a dit en interprétant ce verset : "Si le Jihad aurait été un phénomène transitoire dans la vie de la communauté Musulmane, toutes ces parties du texte Coranique ne seraient pas inondées de ce type de verset ! Egalement, autant de traditions (sunnah) du Messager d'Allah , n'auraient pas occupé tant d'affaires.



Si le Jihad avait été un phénomène passager de l'Islam, le Messager d'Allah n'aurait pas adressé les phrases suivantes à chaque Musulman jusqu'au Jour du Jugement : "Quiconque meurt soit en n'ayant pas lutté (dans le Jihad), soit en n'ayant pas pris la décision de l'accomplir, meurt sur une branche de l'hypocrisie (Rapporté par Muslim d'après Abou Hourayra)".



Allah, , sait que c'est une chose que les rois détestent ! Et Il sait que les opposants du souverain lui résisteront inévitablement parce que c'est une voie autre que la leur. C'est une manière différente que celle qui leur est propre, non seulement pour une période fixe, mais pour aujourd'hui et demain et pour tout pays et pour toute époque !



Allah, , sait que le Mal est un fanfaron et qu'il n'est pas possible pour lui de devenir juste. Ni ne permettra le Bien de l'emporter sur tout ce qu'il protège, les voies bien établies que ces derniers poursuivent, parce que la poussée du Bien est un risque pour le Mal. L'existence de la vérité est un danger pour le faux. Et, il n'y a nul doute que le Mal opposera l'hostilité ; et certainement, le Faux se défendra en tentant de tuer la Vérité et de la supprimer par la force. C'est une disposition naturelle, non une affaire temporaire ! C'est la nature, et non une condition passagère.



D'où, à coup sûr il doit y avoir le Jihad ... sans aucun doute dans toutes les formes ... Indiscutablement il doit commencer dans le domaine idéologique, et alors faire son apparition et plonger le monde dans la vérité, la réalité, la connaissance et les épreuves ... Indubitablement, le Mal armé doit être pris à parti par le Bien armé ... Le Faux renforcé en nombres doit être confronté par la Vérité vêtue de la préparation ... autrement ce serait suicide, ou plaisanterie de Musulmans non convenables." (Fi Dhilaal-il-Quran, Sayed Qotb 2/742)



Je ne blâme pas l'envahisseur lorsqu'il use de force ou se prépare, C'est sa voie que nous devons saisir, et notre souci doit être de se préparer.







4. Répondre à l'appel du Seigneur



Allah dit :Légers ou lourds, élancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes dans le sentier d'Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez



Qortubi a mentionné dix rapports différents pour l'interprétation de "légers" et "lourds" :



1. D'après Ibn `Abbas : jeûnes et âgés.



2. D'après Ibn `Abbas et Qatadah : désireux et indésireux.



3. "Lourds" : riches, et "légers" : pauvres. Rapporté par Mujahid.



4. "Légers" : jeûnes, et "lourds" : âgés. Rapporté par Hassan Al-Basri.



5. Occupés et inoccupés. Rapporté par Zayd ibn Ali et al-Hakam ibn `Utaybah.



6. "Lourds" sont ceux avec une famille à charge, et "légers" sont ceux sans famille à charge. Rapporté par Zayd ibn Aslam.



7. "Lourds" sont ceux avec du travail qu'il ne leur sied pas d'abandonner, et "légers" sont ceux sans travail. Rapporté par Ibn Zayd.



8. "Légers" : infanterie, et "lourds" : cavalerie. Rapporté par al-Awza`i.



9. "Légers" sont ceux qui accourent à la guerre comme ceux qui sont en avant-garde (les premières lignes de l'armée).



10. "Légers" : braves, et "lourds" : lâches. Rapporté par al-Naqqash.



L'interprétation correcte, dans notre compréhension, est que l'ordre s'adresse à l'ensemble des gens tout état confondu. Ce qui signifie, "Elancez-vous, que la tâche soit pour vous légère ou lourde." Il est rapporté que Ibn Umm Maktum est venu au Messager d'Allah , et lui demanda : "Dois-je combattre ?". Le Prophète dit : "Oui" jusqu'à ce qu'Allah révéla le verset significatif : "Il n'y a nul blâme pour l'aveugle."



Ces sentences rapportées sont données uniquement pour illustrer les termes "légers" et "lourds", et une personne sensible ne peut douter que les conditions dans lesquelles nous vivons, en Afghanistan et en Palestine - ni même dans la majeure partie du monde Islamique - tombent dans la juridiction de ce verset. Il y a unanimité parmi les commentateurs du Coran (moufassirins), les savants de la tradition -hadith- (mouhaddithins), juristes et savants des fondamentaux religieux -oussouls- que lorsque l'ennemi entre dans les terres Islamiques ou une terre faisant partie des terres Islamiques, il est obligatoire pour les habitants de ce lieu de faire face à l'ennemi.



Mais s'ils restent assis, ou sont incapables, paresseux, ou en nombre insuffisant, l'obligation individuelle (fard `ayn) s'étend à ceux qui sont autour. Ainsi s'ils sont aussi court en nombre ou restent assis, elle s'étend encore à ceux qui sont autour ; et ainsi de suite, jusqu'à ce que la nature du Jihad obligatoire individuellement (fard `ayn) englobe le monde entier. A ce moment, personne ne peut l'abandonner, tout comme la prière (salat) et le jeûne (siyyam), au point que le fils peut partir sans la permission de son père, le débiteur sans la permission de son créditeur, la femme sans la permission de son mari, et l'esclave sans la permission de son maître. La nature du Jihad obligatoire individuellement reste effective jusqu'à ce que les pays soient purifiés de la pollution des mécréants. Cependant, une femme partant en voyage doit avoir un mahram (homme qui lui est interdit en mariage).



Je n'ai trouvé, dans ma modeste connaissance, aucun livre de fiqh (jurisprudence), tafsir (commentaire) ou hadith (tradition) qui ne documente pas cette condition. Aucun des Prédécesseurs n'a dit que cette condition est celle dans laquelle le Jihad est fard kifayah (obligation partielle par la communauté), ou n'a dit non plus que la permission des parents soit nécessaire. Le péché ne se détachera pas des cous des Musulmans aussi longtemps qu'il restera une parcelle des terres (des Musulmans) aux mains des mécréants, et nul n'est sauvé de ce péché sauf ceux qui accomplissent le Jihad.



Donc, quiconque n'accomplit pas le Jihad aujourd'hui renonce à un devoir, tout comme celui qui mange durant les jours de Ramadan sans excuse, ou la personne riche qui n'extrait pas la zakah (impôt obligatoire) de ses richesses. Néanmoins, l'état de la personne qui abandonne le Jihad est pire encore.



Comme Ibn Taymiyyah a dit : "Comme pour l'occupant ennemi qui spolie la religion et le monde, rien n'est plus obligatoire après la Foi (Iman) que de le repousser." (Fatawa Al-Kubara 4/520)



Et la vérité claire dont on ne peut s'échapper se trouve dans les mots d'Abu Talhah quand il récita (traduction) :



'Légers ou lourds, élancez-vous au combat,'



Il dit :



'Jeune ou vieux, Allah n'acceptera l'excuse de personne.'



Ensuite il dit :



'Ô mon fils ! Prépare moi (pour le Jihad), prépare moi !'



Son fils dit alors :



'Qu'Allah te fasse miséricorde ! Tu as combattu aux côtés du Prophète jusqu'à ce qu'il meurt, et aux côtés d'Abu Bakr jusqu'à ce qu'il meurt, et aussi aux côtés de `Omar jusqu'à ce qu'il meurt, alors maintenant nous allons combattre à ta place.'



Mais Abu Talhah dit :



'Non, prépare-moi.'



Alors il sortit pour le Jihad, et il mourut en mer, et ils n'avaient pu trouvé une île pour l'enterrer qu'après sept jours, ce qu'ils firent à ce moment-là. Son corps n'était pas décomposé, qu'Allah l'agréé.



Qortubi a dit : "Lorsque le Jihad devient une obligation individuelle à cause de la domination de l'ennemi sur un morceau de terre, ou de leur occupation d'une partie des terres Islamiques, alors à ce moment, il est obligatoire pour tous les habitants de ce pays de s'élancer (à la guerre). Ils doivent sortir (au Jihad) légers ou lourds, jeunes ou âgés, chacun selon ses propres capacités ; ceux qui ont des parents sans la permission de ceux-ci, et aussi ceux sans parents.



Personne ne peut s'attarder à s'élancer pour se battre ou augmenter le nombre des combattants, même si les habitants de la région sont faibles, jusqu'à ce qu'ils sachent qu'il se trouve parmi eux la capacité de résister à l'ennemi et le repousser.



De la même manière, il est aussi obligatoire pour quiconque connaît leur état de faiblesse contre l'ennemi tout en sachant qu'il peut les rejoindre et les aider, de s'élancer, car les Musulmans sont comme une seule main contre l'ennemi. Tel est le statut du Jihad jusqu'à ce que les habitants de la région aient pu repousser l'ennemi qui s'est abattu sur le pays et l'a occupé, à tel point que cette obligation vient annuler les autres obligations (c'est à dire les recouvre et les remet à plus tard s'il y a lieu d'être)." (Tafsir Al-Qortubi 7/151)



Si l'ennemi vient aux portes des Terres de l'Islam (darul-Islam) sans même y pénétrer, il est aussi obligatoire pour le peuple d'aller à sa rencontre (le combattre) jusqu'à ce que la religion d'Allah ait le dessus, le territoire soit protégé, les frontières sauvegardées et l'ennemi écarté. Il n'y a pas de divergence concernant ceci en quoi que ce soit. Combien sont merveilleux les vers de ce génie de la poésie al-Ja`di en s'adressant à sa femme qui voulait que celui-ci reste assis avec sa famille (i.e. qu'il ne s'élance pas au Jihad) :



Elle a passé la nuit assise, me rappelant d'Allah

Tandis que les larmes coulaient en abondance parcourant leurs voies.



Chère femme ! Le Livre d'Allah m'a propulsé de l'avant,

S'y opposer. Vais-je alors interdire Allah de ce qu'Il a établi ?



Si je reviens, alors le Seigneur de la Création devra me renvoyer ;

Si je rencontre mon Seigneur alors à ma place viendra un autre homme.



Je ne suis ni infirme ni aveugle de sorte qu'Il puisse m'excuser,

Ni faible d'aucune maladie engendrant mon incapacité.



5. Suivre les Pieux Prédécesseurs



Le Jihad fût un art de vivre pour les Pieux Prédécesseurs (Salaf-us-Salih), et le Prophète était le maître des Moudjahidins et un modèle pour les gens heureux et malheureux. Lorsque les combats étaient féroces, ils avaient l'habitude de rester ferme aux côtés du Messager d'Allah de peur qu'il soit le plus exposé face à l'ennemi.



Le nombre total des excursions militaires qu'il mena était de 27. Il a lui-même participé à neuf d'entre elles ; nominativement Badr, Ohod, Al-Muraysi, Les Fossés, Qurayzah, Khaybar, La Conquête de la Mecque, Hunayn et Taïf. Ceci en accord avec ceux qui considère que la Mecque a été conquise par la force. Il a engagé au total 47 bataillons. Certains disent aussi qu'il a participé à la bataille contre Banu Nadir (Nihayatul Muhtaj 8/16). Ce qui veut dire que le Messager d'Allah avait l'habitude d'envoyer des expéditions militaires ou d'engager une armée au moins tous les deux mois.



Les vertueux Compagnons ont continué sur la voie du Noble Prophète, car le Glorieux Coran a été apporté à cette génération avec une éducation de Jihad. Ils ont été baignés dans le Jihad et purifiés de l'attachement aux affaires de ce monde, à l'image d'une blessure baignée dans l'eau.



Il est rapporté que Aslam Abu Imran a dit : "A Constantinople, un homme parmi les Emigrants (Mouhajirins) a attaqué les rangs ennemis jusqu'à ce qu'il les pénétra et soit tué, Abu Ayyoub Al-Ansari était avec nous. Des gens ont dit : 'Il a contribué à sa destruction de ses propres mains.' (Laissant entendre par là qu'il s'était suicidé, faisant référence à un verset). Sur ce, Abu Ayyub a dit : "Nous sommes plus connaisseur de ce verset, alors qu'il a été révélé parmi nos rangs. Nous avions accompagné le Messager d'Allah , et nous étions témoins d'événements lui étant arrivé et l'avions assisté. Ensuite, lorsque l'Islam s'est propagé et a dominé, un groupe parmi nous, les Ansars (les auxiliaires), s'étaient joints ensemble un jour par nos liens mutuels de profonde amitié, et ont dit : « Allah nous a honoré par le soutien de Son Prophète jusqu'à ce que l'Islam se soit répandu et que ses adhérents deviennent nombreux. Nous avions pour habitude de préférer sa personne à nos propres familles, biens et enfants, mais maintenant la guerre est finie, alors nous allons retourner à nos femmes et enfants et rester avec eux. » Alors le verset fût révélé : « Et dépensez dans le sentier de Dieu. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. ». Ainsi, la destruction s'abat en se cachant derrière sa famille et ses richesses et en abandonnant le Jihad." (Al-Haakim dans Al-Mustadrak 2/275 le déclara Sahih et Adh-Dhahabi l'agréa)



Ikrimah a rapporté à propos de Damrah ibn Al-Ays, qui était parmi les Musulmans faibles, malades et oppressés à la Mecque, et lorsqu'il entendit ce qu'Allah révéla à propos de l'Hijrah il dit : 'Emmène-moi !' Alors un brancard lui fût apporté et il fût placé dedans et emmené. Il mourût en chemin à Tan'im, à deux kilomètres de la Mecque. (Tafsir Al-Qortubi 5/349)



At-Tabari a rapporté qu'Al-Miqdad ibn Al-Aswad fût aperçu à un comptoir d'échange de monnaies à Emessa. Il était penché au comptoir à cause de sa corpulence, et quelqu'un dit : 'Allah t'a exempté (de s'élancer au Jihad) ! ' Sur quoi il dit : "La Sourate de l'Expédition 2 nous ait parvenu Elancez-vous, légers ou lourds Az-Zuhri a dit : "Sa'id ibn Al-Musayyib partit pour le Jihad, il était non-voyant d'un oeil, et quelqu'un lui dit : 'Tu es invalide' mais il répondit : 'Allah a appelé à s'élancer légers ou lourds. Si je ne peux pas combattre, j'augmenterai votre nombre et garderai vos garnisons et butins.' "



Il a été rapporté qu'une personne a vu, dans les batailles du Shams, un homme dont les globes des yeux sortaient de leur orbite à cause de son âge très avancé, et lui dit : "Ô mon Oncle, à vrai dire Allah t'a excusé pour le Jihad." Mais l'homme lui répondit : "Ô mon Neveu, nous avons été ordonné de nous élancer légers ou lourds." (Tafsir Al-Qortubi 8/151)



Ainsi il y eût Ibrahim ibn Adham, qui, lorsqu'il s'aperçût qu'il allait mourir, dit : "Tire ma révérence pour moi." Il mourût alors entre ses mains, et il fût enterré dans une des îles Romaines (Tarikh Dimashq, Ibn Asakir 2/1790). Et Abdullah ibn Al-Mubarak , qui avait pour habitude de traverser 2600 Km en voyage ou sur sa monture, afin de combattre dans le Sentier d'Allah par le biais des ports maritimes des Musulmans. Et aussi il y eût Zuhayr ibn Qumayr Al-Maruzi qui dit : "J'ai espéré pouvoir manger de la viande durant quarante ans, et je n'en ai mange que lorsque j'entra à Rome, et ainsi j'ai pu en manger qu'avec le butin de Rome." (Tartib Al-Madarik, Al-Qadi Ayyadh 3/249) 'Urwah ibn Al-Ja'd, le Juge de Koufa, avait l'habitude d'avoir en sa demeure soixante-dix chevaux près pour le Jihad (voir Tahzib-ul Asma' wal-Lalghat 1/331)



Et ainsi il y eût Mohammed ibn Wasi , un dévot et un savant du hadith (Muhaddith), qui a aussi participé aux expéditions militaires et à la garde du front (ribaat). Le Commandant Qutaybah ibn Muslim Al-Bahili a dit sur lui : "Le doigt de Mohammed ibn Wasi' pointé vers le ciel dans la bataille m'est préférable que 100000 épées de renommé et jeunes combattants robustes" (Al-Mashuq fil-Jihad p.66) . Ahmad ibn Ishaq As-Salumi a dit : "Je sais avec certitude que j'ai tué 1000 Turques avec ma propre épée. S'il n'était pas une innovation (bid'a), j'aurais ordonné qu'elle soit enterrée avec moi." (Tahzib-ul Tahzib, Ibn Hajar Al-Asqalani 1/14)



Aussi il y eût Abu Abdullah ibn Qadus . Il avait acquis une telle réputation à cause du nombre énorme de Chrétiens qu'il tua en Espagne que lorsqu'un Chrétien essayait d'abreuver son cheval et que celui-ci refusait de s'approcher de l'eau (pour boire), il lui disait : "Quel est ton problème ? As-tu vu Ibn Qadus dans l'eau ?" (Al-Mashuq fil-Jihad p.77) . Badr ibn Ammar tua un lion avec son fouet et alors il fût loué par Al-Mutanabbi dans les couplets suivants :



A-t-il terrassé le lion avec son fouet ?

Contre lequel ainsi as-tu préservé l'épée bien polie ?





Il y eût aussi 'Omar Al-Mukhtar , sur lequel Girasiyani, le Commandant Italien, dit : "Il s'est impliqué au coeur de 263 batailles contre nos forces durant 20 mois. Son nombre total de batailles atteignit les mille."



Et aussi il y eût Sheikh Mohammed Farghali . Les Anglais à Al-Ismailiyyah avaient l'habitude de déclarer l'état d'urgence dans leurs camps chaque fois que Farghali entrait dans la ville, et offraient £50 000 pour quiconque le capturait, mort ou vif.



Youssouf Talat qui fût communément appelé "Le Boucher des Anglais" à cause du nombre énorme d'entre eux qu'il tua au Canal de Suez. Jamal Abdel-Naçer exécuta deux d'entre eux afin de plaire à ses maîtres Américains.



Mohammed Baana, un des généraux du groupe de Ahmad Shah Mas'oud, m'a dit une fois que lui et ses hommes avaient détruit 400 véhicules militaires de logistique alors qu'ils traversaient l'Autoroute de Salang. Les Russes l'appelaient "Le Général". Il captura 200 Kalakovs et 200 Kalashnikovs, et Mohammed Baana m'a dit aussi une fois qu'il a détruit 150 tanks dans une opération.







6. Etablir une fondation solide comme base pour l'Islam



Etablir la communauté Musulmane sur un morceau de terre est une nécessité, aussi vitale que l'eau et l'air. Cette patrie ne pourra pas avoir lieu sans un mouvement Islamique organisé qui persévère conscencieusement et avec réalisme dans le Jihad, et qui considère le combat comme un facteur décisif et un abri protecteur.



Le mouvement Islamique ne sera capable d'établir la communauté Islamique qu'au travers un Jihad de l'ensemble du peuple ayant le mouvement Islamique pour battements de coeur et libération de l'esprit.



Il sera tel que la petite étincelle qui met à feu un grand tonneau d'explosifs, afin que le mouvement Islamique provoque l'irruption des capacités cachées de la Oummah, et une propagation expansive des sources de Dieu emmagasiner dans ses profondeurs. Les Compagnons du Prophète étaient extrêmement peu en nombres comparés aux troupes qui furent renversées du trône des Perses de Chosroès et celles vaincues du César de Rome.



Même, les tribus qui avaient apostasiées de l'Islam à l'époque d'Abou Bakr As-Siddiq ont été expédiées par Omar ibn Al-Khattab, après qu'elles aient annoncées leur repentir, pour combattre contre les Perses. Talha ibn Yhuwailid Al-Asadi, qui s'était auparavant réclamé avoir la prophétie, devînt un des héros les plus éminents et respectés. Sa'd ibn Abi Waqqas l'avait choisit pour la tâche importante de reconnaissance militaire sur les Perses, dans laquelle il montra un éminent courage.



Ils sont la poignée d'officiers militaires, quelque uns pouvant penser qu'il est possible pour eux de hisser un effort Musulman collectif - c'est une sorte de fantaisie ou de désillusion, réminiscent du passé. Ce ne sera pas plus qu'une répétition une fois de plus de la tragédie d'Abdul-Nasir avec le mouvement Islamique.



Le mouvement du Jihad populaire avec son long sentier d'efforts, de grands sacrifices et de pertes sérieuses, purifie les âmes afin qu'elles s'élèvent bien au-dessus du rabaissant monde matériel. Les questions importantes prennent le dessus sur les conflits minables au sujet d'argent, les désirs à court terme et les dispositions inférieures. La méchanceté disparaît et les âmes sont affilées ; et la Caravane se déplace du pied de la montagne jusqu'à son sommet le plus élevé, très loin des rivalités de clan et des luttes de la basse terre. Le long du chemin du Jihad, les meneurs se distinguent, les capacités deviennent manifestes par les dépenses d'énergie et les sacrifices, et les hommes sont mis en avant par le courage et le service.



Ne pensez pas que la gloire peut s'obtenir par un pot-de-vin ou des beaux discours mélodieux,



La gloire ne peut venir que par la guerre et le rude combat.



Quand les questions importantes sont les seules préoccupations, les âmes sont élevées au-dessus des conséquences mineures, et les choses importantes occupent les coeurs et les espoirs des gens.



Quand vous vous embarquez dans une honorable aventure à risque,



Ne soyez pas satisfait de viser au-dessous des étoiles.



Le goût de la mort dans une pauvre question



N'est pas comme le goût de la mort dans une question significative.



Les lâches verront la poltronnerie comme raison,



Et c'est la trahison de la disposition dépravée.



La nature des sociétés est précisément la même que celle de l'eau. Dans une eau stagnante, la mousse de l'eau et les matières délabrées flottent sur la surface, alors que l'eau qui coule ne portera pas d'écume sur sa surface. De même, le commandement d'une société stagnante ne peut pas accomplir sa responsabilité parce que le commandement émerge seulement par le mouvement, le sacrifice, le service et la dépense. Abu Bakr, Umar, Uthman et Ali ont émergé en tant qu'individus exceptionnels par de grands exploits et sacrifices excessifs.



Ainsi Abu Bakr n'avait pas besoin de propagande électorale lorsque la Oummah a atteint un consensus pour l'élire. Pas plus tôt que l'âme du Messager d'Allah ne soit montée pour rencontrer son Seigneur que n'étaient tous les yeux tournés sur la position d'ouverture ; et ils n'en ont trouvé de meilleur qu'Abu Bakr.



La Oummah qui accomplit le Jihad paye un prix élevé, moissonne ainsi les fruits mûrs. Il n'est pas facile de perdre quelque chose qui a été gagnée par la sueur et le sang. Ceux qui s'asseyent à la barre de commandement des personnes par la puissance de la première annonce d'une révolution militaire accomplie dans les coulisses d'un des bureaux de la médiation diplomatique peuvent facilement tout perdre.



Celui qui a saisi une terre sans guerre,



Il est facile pour lui de rendre cette terre.



La Oummah du Jihad, qui est mené par les personnes extraordinaires qui ont émergé par le long mouvement de Jihad, ne peuvent ni perdre aisément le commandement, ni servir de proie facile à l'effondrement. Il n'est également pas facile pour ses ennemis de lui mettre des soupçons au sujet des excursions de ses héros. Le mouvement du Jihad familiarise la Oummah avec tous ses individus, l'informant de ce qu'ils ont contribué au prix à payé, et ont participé au sacrifice pour l'établissement de l'Etat Islamique. Ainsi ils seront des gardiens dignes de confiance de ce nouvel Etat qui soulageront la Oummah entière de l'agonie de ses souffre-douleurs. Sans aucun doute, l'Etat Islamique sera soutenu, mais la naissance ne peut pas être accomplie sans travail, et avec le travail il doit y avoir douleur.



7. Protéger ceux qui sont opprimés dans le pays



Parmi les incitations au Jihad islamique est la protection de ceux qui sont faibles et opprimés dans le pays, et lever l'injustice sur eux.



Et qu'avez vous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : "Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur"



Comment peut-il y avoir relaxation, et comment les musulmans peuvent-ils être calmes, alors que les femmes musulmanes sont capturés chez l'oppresseur ennemi ?



Les juristes Islamiques sont unanimes quant à dire que le Jihad devient Fard Ayn (une obligation individuelle généralisée) physiquement et matériellement lorsqu'une femme musulmane est prise en captivité. Dans Al-Bazzaziyyah, il est rapporté : "Si une femme Musulmane est prise en captivité à l'Ouest, il devient obligatoire aux gens de l'Est d'aller la secourir."



Je souhaite que, même s'ils ne protègent pas la religion,



Au minimum, ils se battent pour défendre l'honneur des femmes.



Même s'ils ne sont pas intéressés par la récompense du Jihad,



Ils pourraient, au moins, venir et combattre pour gagner le butin.



Une fois je fûs avec Hikmatyar à Logar (une province d'Afghanistan), alors qu'il a frappé d'un sérieux coup sur les quartiers généraux des Communistes de la province. Les enfants de la province ont crié, et les langues des femmes étaient pleines de prières pour Hikmatyar.



Va-t-on prendre captives les femmes Musulmanes en tout pays ?



Deviendront-elles alors confortables les vies des Musulmans ?



Est-ce qu'Allah et l'Islam n'ont aucuns droits



Auxquels chaque jeune ou vieux ne combattrait ?



L'Islam est venu pour affirmer la justice sur Terre :



Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice







8. Espérer le Martyr et une Haute Station au Paradis



Il a été rapporté dans un Hadith authentique rapporté par l'Imam Ahmad et At-Tirmidhi, sur l'autorité d'Al-Miqdam ben Ma'd, que :



"Le martyr a sept faveurs spéciales de la part d'Allah : Il est pardonné de ses péchés dès que son sang coule, Il voit sa place au Paradis (avant que son âme ne quitte son corps), Il est vêtu du vêtement de la Foi, Il est marié avec soixante-douze femmes des demoiselles (houris) du Paradis, Il est préservé de l'Epreuve de la Tombe, Il est protégé de la Grande Terreur (du Jour du Jugement), Sur sa tête est placée une Couronne de la Dignité, un bijou qui est meilleur que le Monde et ce qu'il contient, et il peut intercesser en faveur de soixante-dix personnes parmi ses proches." (Sahih Al-Jaami' No 5058)



Al-Boukhari a rapporté d'après Abu Hurayrah que le Prophète a dit : "Au Paradis il y a une centaine de niveaux qu'Allah a préparé aux Moudjahidins ; la distance entre chacun de ces niveaux est comme la distance entre est le ciel et la terre, alors lorsque vous implorez Allah, demandez-Lui le Firdous (le plus haut niveau)." (Fath-ul Bari, Ibn Hajar Al-Asqalani 6/9)




Source : Extrait de « Rejoindre la caravane », Chapitre 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les raisons du Jihad Cheikh Moujahed Abdullah Azzam.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attentats du 23 juillet 2005 à Charm el-Cheikh
» 10 raisons de vous faire aimer le métro
» 15 raisons pourquoi c'est bien d'être une femme
» Décès de Cheikh Douina
» décés du fils de Mr SELLAM CHEIKH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Religion-
Sauter vers: