Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 des associations que je deteste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: des associations que je deteste    Sam 6 Nov - 10:50

http://www.darah-afghanistan.net/association/organigramme/

Je desteste ce genre d association dans le volet missions ils marquent
Reconnaitre la resistance Afghane
Aider la lutte ...
( dans les annees 80)
Et maintenant ? pourquoi ne pas aider a reconnaitre la resistance Afghane ?
Revenir en haut Aller en bas
farouq
Membre Extra


Nombre de messages : 2770
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Sam 6 Nov - 12:33

ahmad a écrit:
http://www.darah-afghanistan.net/association/organigramme/

Je desteste ce genre d association dans le volet missions ils marquent
Reconnaitre la resistance Afghane
Aider la lutte ...
( dans les annees 80)
Et maintenant ? pourquoi ne pas aider a reconnaitre la resistance Afghane ?

salam


demance donc ça aux donnateur Ahmad ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golestan
Membre Extra


Nombre de messages : 13647
Localisation : Herat Afghanistan
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Sam 6 Nov - 12:43

Salam
Je ne connais pas cette association mais j'ai rencontré plusieurs fois son vice président Mr Ashmat FROZ et je l'ai écouté sur les ondes radios, s'était le genre de personne à vaguer sur la bourqa, les droits de femmes et l'extrémisme pour attirer des sympathisants, chose que je n'aime pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Ven 12 Nov - 10:33

L'Afghanistan exige que 150 ONG humanitaires cessent leur activité

Les autorités afghanes ont ordonné à 150 organisations humanitaires, dont quatre étrangères, de cesser leurs activités parce qu'elles n'ont pas remis de rapports sur leurs modes de financement et leurs projets, a fait savoir mardi un responsable gouvernemental afghan.

La décision prend effet immédiatement, a indiqué un porte-parole du ministère de l'Economie, qui dirige la commission à l'origine de cette mesure. En vertu du droit afghan, les organisations non gouvernementales (ONG) doivent remettre tous les six mois au ministère afghan de l'Economie un rapport détaillant leur financement et leurs activités, a rappelé le porte-parole du ministère, Sediq Amarkhil.

Envion 1.300 ONG, dont 360 étrangères, sont actives en Afghanistan. Elles emploient dans les 45.000 personnes.

http://www.20minutes.fr/ledirect/620429/monde-l-afghanistan-exige-150-ong-humanitaires-cessent-activite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Ven 12 Nov - 12:45

Les civils assassinés dans une base de la CIA en Afghanistan travaillaient pour un "contractant" actif au Venezuela et à Cuba


Des huit civils américains tués en décembre dans une base de la CIA en Afghanistan on n’en sait très peu par les grands médias d’information, on ne sait pas par exemple que c’est le second incident de ce type au cours du mois de décembre. 5 autres civils américains ont été tués quinze jours auparavant, ils travaillaient en sous-traitance pour la DIA elle-même engagée par la CIA au travers de l’USAID.



Bref, la CIA ne voulant plus apparaitre multiplie les faux-nez, ce qu’en langage gouvernemental on appelle "travailler avec plus de transparence". La stratégie américaine est la même partout, que ce soit en Orient, dans les ex-Pays de l’Est ou en Amérique Latine, seuls les groupes soutenus diffèrent, suivant la volonté politique de Washington.

Au moins huit américains ont été assassinés dans une base d’opérations de la CIA en Afghanistan le mercredi 30 décembre. Le kamikaze a pénétré la base d’opérations avancées Chapman, dans la province orientale de Khost, qui servait comme centre d’opérations et d’espionnage pour la CIA. Les sources officielles de Washington ont confirmé que les morts étaient tous employés civils et travaillaient sous contrat pour la CIA.

Il y a à peine 15 jours, cinq Américains de l’entreprise sous contrat avec la CIA, Development Alternatives, Inc. (DAI), ont également été assassinés en Afghanistan quand a explosé une bombe placée dans un bureau de l’USAID à Gardez. Le même jour, une autre bombe a explosé dans les environs du bureau de la DAI à Kaboul, mais elle n’a fait aucun blessé.

L’incident du 15 décembre a reçu peu d’attention, bien qu’il soit arrivé à peine quelques jours après la capture d’un employé de la DAI à Cuba, accusé de subversion. Le président et le directeur exécutif de la DAI, Jim Boomgard, a émis une déclaration le 14 décembre lors de l’arrestation d’un sous-traitant de son entreprise à Cuba, en confirmant que "l’individu détenu était employé par un sous-traitant d’un programme, qui mettait en oeuvre un contrat de sous-traitance pour aider des organisations de la société civile cubaine." La déclaration a aussi souligné le "nouveau programme" que la DAI gère pour le gouvernement des États-Unis à Cuba, le "Cuba Democracy and Contingency Planning Program" (Démocratie de Cuba et planning du Programme de Contingence). La DAI a reçu 40 millions de dollars en 2008 pour aider le gouvernement des États-Unis "à appuyer les activités pacifiques d’un vaste groupe d’organisations non-violentes à travers des bourses et des contrats de sous-traitance" à Cuba.

Le 15 décembre, la DAI a publié un communiqué de presse "en regrettant la mort" de son personnel en Afghanistan. "La DAI est profondément triste de rapporter la mort de cinq employés associés à nos projets dans Afghanistan... Le 15 décembre, cinq employés du sous-traitant en sécurité de la DAI ont été assassinés par une explosion dans le bureau de Gardez, bureau où le programme Gouvernance Locale et Développement de la Comunauté (LGCD), un projet de l’USAID, était mis en application par la DAI."

La DAI appliquait aussi un projet à Khost, où est arrivé l’incident du 30 décembre, toutefois on attend encore la confirmation pour savoir si les huit citoyens américains tués travaillaient pour le plus gros contractant du gouvernement des États-Unis. Depuis la base à Khost, la CIA contrôlait à distance ses assassinats sélectifs contre des membres présumés d’Al Quaeda au Pakistant et en Afghanistan utilisant les drones Predator.

Un haut-fonctionnaire de l’USAID a confirmé il y a deux semaines que la CIA utilise le nom de l’USAID pour octroyer des fonds et des contrats à des troisièmes parties pour fournir une couverture pour des opérations clandestines. Selon le fonctionnaire, un vétéran de l’agence gouvernementale qui occupe le poste de gérant régional, la CIA passe ces contrats en utilisant le nom de l’USAID sans que celle-ci ne soit entièrement au courant.

Depuis juin 2002, l’USAID maintient un Bureau pour les Initiatives vers une Transition (OTI) au Venezuela, à travers lequel il a fait parvenir des millions de dollars à l’opposition contre le Président Hugo Chávez. La même entreprise active en Afghanistan et connectée avec la CIA, Development Alternatives, Inc. (DAI) a été engagée par l’USAID au Venezuela pour gérer un budget de plusieurs millions avec l’objectif "d’appuyer la société civile et la transition à la démocratie". Plus de deux mille pages partiellement déclassées de l’USAID sur ses activités au Venezuela mettent en évidence la relation entre la DAI et des secteurs de l’opposition, avec des programmes qui cherchent à "renforcer" ses partis politiques, de concevoir ses campagne politiques et de les aider à consolider un mouvement contre le gouvernement vénézuélien.
En Bolivie, en cette année 2009, l’USAID a été expulsée par les habitants de deux municipalités, Chapare et El Alto, sous l’accusation d’interventionisme. En septembre 2009, le président Evo Morales a dénoncé l’accord officiel avec l’USAID lui permettant d’opérer dans le pays, grâce à des preuves substancielles établissant que l’agence finançait des groupes séparatistes violents cherchant à déstabiliser le pays.


En 2005, l’USAID a également été expulsée d’Érythrée et accusée d’être une agence "néo-colonialiste". L’Éthiopie, la Russie et la Biélorussie, ont ordonné l’expulsion de l’USAID et de ses contractants pendant les 5 dernières années.

Development Alternatives, Inc. est l’un des contractant du gouvernement US les plus important au monde. La DIA a actuellement un contrat de 50 millions de dollars en Afghanistan. En Amérique Latine, elle opère en Bolivie, au Brésil, en Colombie, à Cuba, en Équateur, au Salvador, au Guatemala, en Haïti, au Honduras, au Mexique, au Nicaragua, au Pérou, à la République Dominicaine et au Venezuela.

Cette année, le budget de la DAI au Venezuela s’approche des 15 millions de dollars et son programme est orienté vers le renforcement des candidats et des campagne d’opposition pour les élections législatives de 2010. Le Président Chávez a aussi dénoncé il y a deux semaines la détection d’un avion drone sur le territoire vénézuélien, en confirmant qu’il était de "technologie américaine".




http://www.legrandsoir.info/Les-civils-assassines-dans-une-base-de-la-CIA-en-Afghanistan-travaillaient-pour-un-contractant-actif-au-Venezuela-et-a-Cuba.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Ven 12 Nov - 12:49

RD Congo
RD-Congo : halte aux Ong bidon !


(Syfia RD-Congo) Attirées par les financements extérieurs ou les avantages fiscaux, des milliers d'Ong ont vu le jour en RD-Congo. Parmi elles, beaucoup d'associations fictives parfois nuisibles. Le gouvernement a commencé à y mettre bon ordre.

En 2002, près de 4758 Ong étaient répertoriées en Rd-Congo ! Durant les dix ans de rupture de la coopération avec ses partenaires extérieurs, seule parvenait dans le pays l'aide financière accordée à titre humanitaire à ces associations. Du coup, celles-ci se sont multipliées à un rythme effréné. « N'eut été l'œuvre remarquable de nombreuses associations qui ont vu le jour depuis 1990 au Kivu, la misère serait plus grande ici… », reconnaissent certes les habitants de cette région de l'Est en guerre depuis cinq ans. Au Sud-Kivu, à la frontière avec le Rwanda et le Burundi, on en dénombre 347. Trop pour cette petite province…Aujourd'hui les critiques se multiplient contre ces « Ong bidon », « Ong fictives ou créées de toutes pièces, sans impact réel sur le terrain… ». Secrétaire du Bureau de coordination de la Société civile du Sud-Kivu, Pierre Saidi Mulamba montre du doigt les dirigeants des Ong internationales. « Ils sont les principaux responsables de cet état de choses, attaque-il. Ils annoncent à leurs amis congolais qu'ils ont de l'argent pour telle ou telle activité, ceux-ci courent fonder une association bidon adaptée à l'activité annoncée pour profiter de ce pactole.» Hier les violations des droits de l'homme ou les enfants soldats étaient à la mode, aujourd'hui à l'Est, ce sont les femmes violées…

Inefficaces et dangereuses

Muke Pablo, du Réseau des associations des droits de l'Homme du Sud-Kivu (Radhoski), renchérit : « Ces Ong reçoivent beaucoup d'argent mais l'on ne voit pas ce qu'elles en font ! ». Les exemples ne manquent pas. Un activiste qui ne veut pas être nommé cite le cas d'une Ong humanitaire qui « apporte de l'argent pour financer des projets mais elle fait gonfler les chiffres pour en tirer des dividendes, fausses factures à l'appui à l'intention des bailleurs de fonds ». Didace Kaningini, président de la Société civile du Sud-Kivu, frappe lui du poing sur la table : « Comment peut-on admettre et supporter que M. Hans Ronkema, coordinateur de l'Ong suédoise 'Institut Vie et Paix' crée de toutes pièces l'association 'Synergie-Vie' pour faire dire à celle-ci qu'elle a dénombré 30 000 Interhamwe dans les forêts du Sud-Kivu et ainsi se couvrir devant la Monuc qui lui a confié ce travail de recensement ? ». Ces nombreuses associations fictives décrédibilisent celles qui font bien leur travail. La désinformation entretenue par ces Ong « alimentaires » fait même parfois courir des risques aux populations. Quand l'une d'elles publie que « le gros des enfants et la plupart des éléments de Mudundo 40 (ndlr : groupe de patriotes armés combattant le Rcd, le mouvement rebelle qui gouverne la région) sont infiltrés dans la population », « cela peut amener les Rwandais à tuer toute la population », commente Didace Kaningini. Pour Jean-Moreau Tubibu de l'association des droits de l'homme Groupe Jérémie, les rivalités entre associations à cause de l'argent des financements sont aussi monnaie courante, chacune essayant de préserver sa chasse gardée. Quant à celles qui cherchent à travailler ensemble, elles sont souvent bloquées et divisées par les bailleurs de fonds.

Contrôle accru sur les exonérations fiscales

Dans la capitale, qui compte plus de la moitié d'Ong et associations recensées dans le pays, le gouvernement cherche à mettre de l'ordre dans le secteur. Pour d'autres raisons. Il a ainsi récemment renforcé la procédure permettant d'obtenir des exonérations douanières, l'une des raisons de la multiplication de ces organisations. « Alors que l'Etat a besoin d'argent, nous avons constaté que plusieurs importations arrivent à la douane sous couvert des Ong pour ne pas payer le fisc », explique un chargé d'études au ministère des Finances. Qu'elles soient de droit étranger ou de droit congolais, les Ong autorisées à fonctionner en RD-Congo sont désormais soumises à l'obtention d'un arrêté interministériel pour bénéficier de l'exonération de droits et taxes à l'importation. Un vrai casse-tête car la procédure est longue. Il faut d'abord obtenir l'avis favorable d'une commission. « Cette réglementation vise le sérieux des Ong. Car, derrière elles se cachent des commerçants véreux », vitupère un cadre du ministère du Plan, qui a requis l'anonymat. « En terme de transparence, c'est une bonne chose. Mais si l'on veut que cela marche bien, il faut une certaine flexibilité », estime M. Alain Decoux, le Chef de Mission de MSF/Belgique en RD-Congo. Faute de cet arrêté ministériel, des tonnes de médicaments et de matériel de son organisation sont restés stockés durant deux mois aux entrepôts de la douane de l'aéroport de Kinshasa. Selon M. Carol Lutonadio Mbuta, sous-directeur chargé des exonérations et du contrôle a posteriori à l'Office des douanes et accises (Ofida), près de 200 Ong seulement seraient aujourd'hui « plus ou moins en ordre». Alors que l'impact réel des Ong sur le terrain est mis en doute, l'administration congolaise des douanes se pose des questions : « Les Ong servent-elles vraiment à quelque chose ? Et si on les taxait, les millions récupérés ne serviraient-ils pas mieux au pays ? ».


http://www.syfia.info/index.php5?view=articles&action=voir&idArticle=3267

Revenir en haut Aller en bas
Abou Khadidja
Nouveau


Nombre de messages : 5
Age : 35
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Sam 5 Fév - 21:15

salam

ni putes ni soumises, ils sont pas mals aussi pour faire passer les afghans pour des barbares, ils nous prennent pour des références absolus du mal, les afghanes sont les symboles de l'innocence et les afghans de la tyrannie, les européens peuvent pas se regarder le nombril un peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golestan
Membre Extra


Nombre de messages : 13647
Localisation : Herat Afghanistan
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Sam 5 Fév - 22:20

Abou Khadidja a écrit:
salam

ni putes ni soumises, ils sont pas mals aussi pour faire passer les afghans pour des barbares, ils nous prennent pour des références absolus du mal, les afghanes sont les symboles de l'innocence et les afghans de la tyrannie, les européens peuvent pas se regarder le nombril un peu
Salam
Ni pute ni soumise sont plutôt active en france, je ne les ai jamais vu parler d'Afghanistan, ou juste pour comparer parfois la situation de la France à l'Afghanistan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: des associations que je deteste    Aujourd'hui à 11:37

Revenir en haut Aller en bas
 
des associations que je deteste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos d'associations de FAP
» associations folkloriques de Normandie
» Associations couleurs dorées?
» associations féministes
» Associations vikings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualité-
Sauter vers: