Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le sens spirituel du travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yama
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 452
Age : 34
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

MessageSujet: Le sens spirituel du travail   Mer 9 Jan - 16:17

Extrait d'un certain ouvrage :

Le culte moderne du travail se fonde, d'une part, sur le fait que le travail est nécessaire pour la majorité des hommes, et d'autre part sur la tendance humaine de faire d'une contrainte inévitable une vertu. Pourtant, la Bible présente le travail comme une sorte de punition : « A la sueur de ton visage tu mangeras ton pain » ; avant le péché originel et la chute, le premier couple humain ignorait le travail. Il y a eu de tout temps et partout des saints contemplatifs qui, sans être paresseux pour autant, ne travaillaient pas, et tous les mondes traditionnels nous offrent – ou nous offraient – le spectacle de mendiants à qui on donne l'aumône sans rien exiger d'eux, sauf éventuellement des prières ; aucun Hindou ne songerait à blâmer un Râmâkrishna ou un Maharshi pour le fait qu'ils n'exerçaient aucun métier. C'est l'impiété généralisée, la suppression du sacré dans la vie publique et les contraintes de l'industrialisme qui ont eu pour effet que l'on fasse du travail un « impératif catégorique » en marge duquel, croit-on, il n'y a que paresse coupable et corruption.
Quoi qu'il en soit, il y travail et travail : il y a – depuis toujours – la noble agriculture et l'artisanat au foyer ou dans les ateliers des anciennes corporations, et il y a – dès le XIXe siècle – l'esclavage industriel dans les usines ; esclavage d'autant plus abrutissant, sinon avilissant, que son objet est la machine et n'offre le plupart du temps aucune satisfaction proprement humaine à l'ouvrier. Pourtant, même ce travail – en général plus quantitatif – peut avoir subjectivement un caractère sacré ou sanctifié grâce à l'attitude spirituelle du travailleur, si celui-ci, sachant qu'il ne peut pas changer le monde et qu'il doit vivre – et faire vivre les siens – selon les possibilités qui lui sont accessibles, s'efforce de combiner son labeur avec la conscience de nos fins dernières et le « souvenir de Dieu » ; ora et labora. ("prie et traveille")

Les grandes méthodes spirituelles, même celles qui insistent le plus expressément sur l'excellence d'une vie érémitique, n'ont jamais exclu la possibilité d'une voie poursuivie au milieu des occupations de la vie du monde ; l'exemple des tiers-ordres en fait foi. La question est celle de savoir comment il est possible de concilier une vie spirituelle intense avec les obligations de la vie extérieure, et même d'intégrer ces obligations à la vie intérieure ; car si le travail de tous les jours, que ce soit le métier de l'homme ou le ménage de la femme, ne constitue pas un obstacle à la voie spirituelle, cela implique qu'il doit jouer, dans cette voie, le rôle d'un élément positif, ou plus précisément celui d'un véhicule secondaire de la réalisation du Divin en nous.
Une telle intégration du travail dans la spiritualité dépend de trois conditions fondamentales que nous désignons respectivement par les termes de « nécessité », « sanctification » et « perfection ». La première de ces conditions implique que l'activité à spiritualiser corresponde à une nécessité et non à un caprice : on peut sanctifier, c'est-à-dire offrir à Dieu, toute activité normale nécessitée par les exigences de la vie même, mais non pas n'importe quelle occupation dépourvue de raison suffisante ou ayant un caractère répréhensible ; ce qui revient à dire que toute activité nécessaire possède un caractère qui la prédispose à véhiculer l'esprit ; toute activité nécessaire a en effet une certaine universalité qui la rend éminemment symbolique.
La seconde des trois conditions implique que l'activité ainsi définie soit effectivement offerte à Dieu, c'est-à-dire faite par amour de Dieu et sans révolte contre le destin ; c'est là le sens des prières par lesquelles on consacre, dans la plupart des formes traditionnelles sinon dans toutes, le travail, qui se trouve ainsi ritualisé, c'est-à-dire qui devient un « sacrement naturel », sorte d'ombre ou de contrepartie secondaire du « sacrement surnaturel » qu'est le rite à proprement parler.
La troisième condition enfin implique la perfection logique du travail, car il est évident qu'on ne saurait offrir à Dieu une chose imparfaite, ni Lui consacrer un objet vil ; à part cela, la perfection de l'acte s'impose comme celle de l'existence même, en ce sens que tout acte retrace nécessairement l'Acte divin en même temps qu'une modalité de celui-ci. Cette perfection de l'action comporte trois aspects, qui se réfèrent respectivement à l'activité comme telle, puis au moyen et enfin au but ; en d'autres termes, il faut que l'activité comme telle soit objectivement et subjectivement parfaite, ce qui implique qu'elle soit conforme ou proportionnée au but à atteindre ; il faut aussi que le moyen soit conforme et proportionné au but envisagé, ce qui implique que l'instrument de travail soit bien choisi, puis manié avec art, c'est-à-dire en parfaite conformité avec la nature du travail ; il faut enfin que le résultat du travail soit parfait, c'est-à-dire qu'il réponde exactement au besoin dont il est issu.
Si ces conditions, qui constituent ce qu'on pourrait appeler la « logique » interne et externe de l'activité, sont bien remplies, le travail non seulement ne sera plus un obstacle à la voie intérieure, mais il sera même une aide pour celle-ci. Inversement, un travail mal accompli sera toujours une entrave à la voie, car il ne correspond à aucune Possibilité divine ; Dieu est Perfection, et l'homme, pour s'approcher de Dieu, doit être parfait dans l'action aussi bien que dans la contemplation non-agissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afg4ever
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 5090
Age : 31
Localisation : KABOUL
Date d'inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Mer 9 Jan - 17:10

salam

moi perso je travail pour mon avenir pour l'aboutissement de mes projets, c'est ça qui me motive d'aller au travail et rien d'autre

merci pour le texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ippo_achelhi
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 1587
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Mer 9 Jan - 22:51

salam yama,
beau texte.
toujours dans la spiritualité. Comment retrouver les flammes de la foi dans un monde où on est submergé par le matériel et ses soucis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jasminetpatchouli
Membre Extra
avatar

Féminin Nombre de messages : 287
Age : 25
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Jeu 10 Jan - 8:42

Yama a écrit:

la « logique » interne et externe de l'activité, sont bien remplies, le travail non seulement ne sera plus un obstacle à la voie intérieure, mais il sera même une aide pour celle-ci. Inversement, un travail mal accompli sera toujours une entrave à la voie, car il ne correspond à aucune Possibilité divine ; Dieu est Perfection, et l'homme, pour s'approcher de Dieu, doit être parfait dans l'action aussi bien que dans la contemplation non-agissante.[/justify]

Bien dit!!

Mon père me dit tjs "qd tu fais un travail (n'importe, même nettoyer par exemple) , même si tu n'aimes pas, fait en un bon travail et avec le sourire, comme ça tu aura "al ajar"(récompense) de dieu.

" Quiconque fait un bien FUT- CE du poids d'un ATOME, le verra,.
et quiconque fait un mal fût-ce du poids d'un atome, le verra." (Coran s.99, v.8-9)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jasminetpatchouli
Membre Extra
avatar

Féminin Nombre de messages : 287
Age : 25
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Jeu 10 Jan - 8:49

Ippo_achelhi a écrit:
salam yama,
beau texte. Comment retrouver les flammes de la foi dans un monde où on est submergé par le matériel et ses soucis?


je pense qu'il faut vivre 'simplement', renoncé au superflu, devenir un peu une sorte "d'ascète". Et dc, à chaque action que l'on fait, avoir une intention pr Dieu. "je fais cette action pr Dieu"

"Celui qui oeuvre pieusement le fait pour lui-même." (Coran 45.15)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yama
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 452
Age : 34
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Ven 11 Jan - 17:06

Ippo_achelhi a écrit:
salam yama,
beau texte.
toujours dans la spiritualité. Comment retrouver les flammes de la foi dans un monde où on est submergé par le matériel et ses soucis?

Salam !

Je pense que le perfectionnement de la foi dépend de deux choses : l'étude et la pratique.

Le mot "étude", qui veut dire aussi "passion", exprime l'intérêt sincère, passionné du croyant dans la quête de la connaissance. (Cette quête est une obligation pour tout musulman et on ne peut, de fait, jamais se dire des choses du genre "j'ai compris, je pratique et je peux arrêter d'étudier" parce que l'étude est sans fin et, poussée avec sincérité au-delà des bases, conduit le croyant à Lui...Pour des gens comme nous, son avantage est surtout qu'elle permet, peu à peu, de comprendre les choses que la foi nous enjoint de croire. La foi se renforce alors automatiquement à mesure qu'on comprend, et le but n'est d'ailleurs pas de "croire" mais de Comprendre (la croyance étant une condition de l'ouverture à la connaissance). Donc plus on étudie, plus on comprend, et plus on comprend plus la foi se renforce.
A côté d'étude il y a évidemment la pratique, car sans mettre en pratique ce que la foi ordonne et que la connaissance nous dévoile, on ne peut pas espérer vraiment de progrès en matière spirituelle (on peut dire qu'on n'a pas "compris" les choses tant qu'on ne les pas mises en pratique, parce que la "com-préhension" est au fond l'assimilation du moi à la connaissance elle-même. La connaissance n'est pas "assimilée" tant qu'elle n'est pas mise en pratique.)
Comment comprendre ? La meilleure façon serait de passer par l'enseignement vivant d'un maître qualifié, mais cette noble ambition pose des problèmes dont nous avons déjà discuté ailleurs (il faut prier Dieu pour qu'Il nous aplanisse les difficultés et nous fasse rencontrer celui qu'on cherche). Il ne reste que les livres qui comportent toujours des profits.

La foi comporte aussi cet autre aspect qui est le Scrupule, le souci de faire le licite et de s'abstenir de l'illicite aussi fidèlement que possible. Plus on est scrupuleux, plus notre foi se renforce et plus les portes de la connaissance s'ouvrent à nous. (La connaissance croît d'elle-même avec la pratique scrupuleuse des commandements religieux. Quand on pratique pieusement, on se montre "prêt" pour avancer sur le chemin. Mais si on ne pratique pas aussi pieusement que l'on peut, ça signifie qu'on n'est pas "prêt" à avoir des connaissances supplémentaires...Or l'acquisition de la connaissance dépend strictement de notre aptitude à les assimiler, et si on ne comprend pas beaucoup de choses - enfin je parle de moi - ça veut dire simplement qu'on n'est pas encore prêt à les comprendre. Un hadith qudsi dit d'ailleurs quelque chose comme "Je révèle Mes secrets à Mes serviteurs à mesure qu'ils pratiquent ce qu'ils savent", donc la connaissance est augmentée selon la pratique des choses que l'on sait déjà.)

(Je ne sais pas si ce que je dis est compréhensible...je suis crevé, et j'écris péniblement de toute manière.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jasminetpatchouli
Membre Extra
avatar

Féminin Nombre de messages : 287
Age : 25
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Ven 11 Jan - 18:10



c'est drole Yama mais chaque fois que je poste un commentaire à tes sujets, je pense et ai l'impression que je suis "hors contexte " bom

j'aimerai bien pouvoir utiliser tes "lunettes"et ressentir les idées différement,,, bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yama
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 452
Age : 34
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Ven 11 Jan - 22:56

jasminetpatchouli a écrit:


c'est drole Yama mais chaque fois que je poste un commentaire à tes sujets, je pense et ai l'impression que je suis "hors contexte " bom

j'aimerai bien pouvoir utiliser tes "lunettes"et ressentir les idées différement,,, bom

Salam !

Je ne sais pas exactement ce que tu veux dire, mais je ne pense pas que tu sois hors sujet. Tu as répondu à ta manière, avec clarté et concision à la question.

Tu as évoqué la simplicité de la vie, l'ascétisme et la sanctification de la vie.

La simplicité de la vie procède aussi de la connaissance que j'évoquais. Quand on sait, quand on comprend que l'essentiel n'est pas et ne peut être les occupations de ce monde, que nos soucis mondains sont des pièges où nous sommes éprouvés pour révéler notre aptitude à progresser sur le chemin spirituel, nous vivrons forcément dans la simplicité, dans la frugalité et l'ascétisme dans une certaine mesure, dans le sens où nous ferons le strict nécessaire pour ce monde et que que l'essentiel de notre travail aura en vue la vie futur.

La sanctification de la vie, des actions, suppose aussi l'étude, la connaissance. Elle implique d'abord le discernement - l'aptitude à distinguer le licite de l'illicite - pour faire le licite et éviter l'illicite et ensuite cette connaissance plus particulière que nos actions, donc les actions licites, n'ont de valeur que si on les "sanctifie", que si on les voue à Dieu. (Évidemment, on fait tout, en vérité, pour "soi", parce que Dieu n'a pas besoin de nos actes de piété et qu'il ne nous demande des les accomplir que parce que ces actes nous élèvent nous-mêmes. Allah swt dit : "l'adoration de Mon serviteur ne Me sanctifie pas Moi mais mon serviteur lui-même." l'"islam" est exigé pour parvenir à l'"ihsan", de la soumission procède la perfection.)

Enfin bref, tu vois que les fonds se rejoignent. Si quelqu'un est hors contexte c'est moi Laughing . Je ne sais pas dire les choses clairement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jasminetpatchouli
Membre Extra
avatar

Féminin Nombre de messages : 287
Age : 25
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Sam 12 Jan - 11:33

Salam,

mais non c'est cool comment tu parle, au moins tu ne reste pas à la surface, tu entre dans les profondeurs mystérieuse nn accessible de tous, ce qui permet d'accéder au "sens".
Moi je t'envie, j'éspère qu'un jour,inchaallah, en devloppant mes connaisances, je 'accéderai encore plus que toi au noyau .... bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yama
Membre Extra
avatar

Masculin Nombre de messages : 452
Age : 34
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Sam 12 Jan - 11:59

jasminetpatchouli a écrit:
Salam,

mais non c'est cool comment tu parle, au moins tu ne reste pas à la surface, tu entre dans les profondeurs mystérieuse nn accessible de tous, ce qui permet d'accéder au "sens".
Moi je t'envie, j'éspère qu'un jour,inchaallah, en devloppant mes connaisances, je 'accéderai encore plus que toi au noyau .... bom

Laughing oui vise à aller plus avant que moi parce que moi je ne sais rien..je cherche à savoir et je ne sais si je serai un jour digne de la connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jasminetpatchouli
Membre Extra
avatar

Féminin Nombre de messages : 287
Age : 25
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   Sam 12 Jan - 12:19

Yama a écrit:
jasminetpatchouli a écrit:
Salam,

mais non c'est cool comment tu parle, au moins tu ne reste pas à la surface, tu entre dans les profondeurs mystérieuse nn accessible de tous, ce qui permet d'accéder au "sens".
Moi je t'envie, j'éspère qu'un jour,inchaallah, en devloppant mes connaisances, je 'accéderai encore plus que toi au noyau .... bom

Laughing oui vise à aller plus avant que moi parce que moi je ne sais rien..je cherche à savoir et je ne sais si je serai un jour digne de la connaissance.


et modeste avec çà! Laughing

" je ne sais qu'une chose, je sais que jen ne sais rien" ( de Platon à Socrate)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sens spirituel du travail   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sens spirituel du travail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi privilégier une césarienne en début de travail plutôt qu'une césarienne programmée?
» Mémoire de travail, Jeux de l'âne, En tout sens. Orthoédition
» Sociologie du travail
» norme du travail
» Cours de secourisme en milieu de travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Religion-
Sauter vers: