Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Clarie et Nama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golestan
Membre Extra
avatar

Nombre de messages : 13647
Localisation : Herat Afghanistan
Date d'inscription : 10/12/2004

MessageSujet: Clarie et Nama   Dim 13 Jan - 20:04



Clarie, chef du restaurant Le Jardin de Taimani
Cette Parisienne de 30 ans promise à un cursus d’élite (lycée Henri-IV, école de commerce) dégage d’emblée une certaine élégance. Rien de brouillon dans sa reconversion opérée dans la cuisine, un milieu éloigné du sien. CAP en poche de l’école de gastronomie Ferrandi, à Paris, elle a enchaîné des stages entre Paris et Sydney. Clarie rêve de devenir chef et part pour Kaboul. Elle a des attaches familiales dans la capitale afghane, et les restaurants occidentaux sont peu nombreux. Son projet s’est bâti malgré des souvenirs pénibles. En visite en Afghanistan en 2008, Clarie assiste à l’anniversaire de la présidence de Hamid Karzai dans le stade de Kaboul lorsque des roquettes talibanes se mettent à tomber sur le défilé, tuant trios personnes. Malgré cela, elle poursuit son projet d’ouvrir un restaurant français avec des proches. L’enseigne ? Le Jardin de Taimani, nom du quartier où elle s’installe. Aujourd’hui, le restaurant est devenu une sorte d’éden flanqué d’immenses rosiers épars, au mobilier ethnique raffiné, qui régale le palais des expatriés mélancoliques. Le Jardin est la table préférée des diplomates et des Afghans aisés, même si la présence de ces hôtes de marque en fait une cible potentielle pour les terroristes malgré la sécurisation du lieu. Lorsque les risques augmentent, comme après l’affaire des caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo, Le Jardin est provisoirement évité.
Mais cela n’empêche jamais Clarie d’accueillir malgré tout défilés de mode improvisés dans le restaurant redécoré, pokers entre amis, cours de français pour les commis de cuisine...

Nama, consultante
À 25 ans à peine, Nama retient d’abord d’une jeunesse en Bretagne son passage par un lycée alternatif soucieux de la préservation des langues régionales. À 20 ans, après un début d’études à Sciences Po Toulouse, elle effectue lors de son année de césure un voyage au Liban. Elle perfectionne son anglais, apprend un peu d’arabe, suit une formation de secouriste pendant six mois à la Croix-Rouge libanaise. Nama passe finalement deux ans à Beyrouth. Elle y suit des cours de relations internationales à l’université, se passionne pour les enjeux de la reconstruction au Moyen-Orient et en Afghanistan. Il lui faut aller voir sur le terrain : à 23 ans, Nama s’envole pour Kaboul. Repérée par une société de conseil pour des entreprises privées, la jeune femme est propulsée chef d’opérations de recherche. Elle dirige des enquêtes pour de gros clients, comme l’Otan, dans plusieurs régions afghanes afin d’évaluer l’impact des mesures prises depuis l’arrivée de la coalition.

Nama vient d’achever une énorme étude sur les perceptions véhiculées par les talibans auprès de civils dans différentes régions du pays. Sa prochaine mission consistera à étudier la persistance de la justice tribale traditionnelle en Afghanistan, la justice « des anciens », aux dépens d’institutions étatiques pourtant renforcées depuis la chute des talibans. Pour chaque projet, Nama veille à l’impact social de ses travaux de recherche, en embauchant autant d’hommes que de femmes sur le terrain, en sollicitant des experts et professeurs d’université afghans. « Me battre à ma manière, et croire à l’émancipation professionnelle des femmes en Afghanistan, c’est préserver ma santé mentale », confie-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Clarie et Nama
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Général-
Sauter vers: