Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Un mot sur un mot : athéisme

Aller en bas 
AuteurMessage
Yama
Membre Extra
Yama

Masculin Nombre de messages : 534
Age : 36
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

Un mot sur un mot : athéisme Empty
MessageSujet: Un mot sur un mot : athéisme   Un mot sur un mot : athéisme Icon_minitimeLun 5 Fév - 11:26

Un mot sur un mot : athéisme
Ce mot est sans doute l'un des plus difficiles à comprendre pour un esprit oriental ou traditionnel plus généralement, parce qu'il s'agit d'une grave erreur de jugement et que la prétendue réalité qu'il voudrait désigner n'existe nulle part, dans aucune tradition, chez aucun peuple. L'athéisme est une pure impossibilité, et c'est pour cela qu'il échappe à la compensation.

Que veut-il dire ? « L'attitude mentale d'un athée », pourrait-on avancer pour simplifier. C'est le mot « athée » qui est intéressant en réalité. Celui-ci signifie a priori « qui ne croit pas aux dieux », « impie », « abandonné des dieux » selon le Bailly. Le mot est formé du préfixe a- et du mot theos, le premier exprime la « privation », l' « absence » et le second, dont la racine remonte au sanskrit, signifie « dieu ». Avant que d'aller plus avant, l'on peut apporter déjà une première rectification qu'indique le mot lui-même : « athée » ne peut en aucun cas désigner celui « qui ne croit pas aux dieux » ou « en dieu », mais celui qui est « privé des dieux », c'est-à-dire celui qui n'a pas « conscience des dieux » et qui, de ce fait, s'en trouve « éloigné » ou, comme il est dit plus haut, « abandonné ». Il est très clair ici que dans la définition du mot, il n'y a absolument aucune notion de « croyance ». Pour mieux comprendre ce qu'il implique, on peut prendre d'autres termes formés de la même manière : un « agnostique », ce n'est pas quelqu'un « qui ne croit pas en l'existence de la connaissance », mais celui qui est « privé de connaissance », donc celui pour qui la connaissance est voilée, pourrait-on dire ; l'agueusie, ce n'est pas l'attitude de celui qui « ne croit pas en l'existence du goût », mais l'état de celui qui « a perdu le goût ». On pourrait multiplier les exemples, mais ceux-ci prouvent déjà que dans le mot « athée », il n'y nulle idée de croyance et que c'est l'individu seul qui est touché par « l'absence » des dieux, tout comme dans « agnostique », ce n'est pas la gnose, la connaissance, mais bien l'individu qui est affecté par son absence.

L'on voit qu'en vérité le mot ne veut rien dire d'autre sinon « impie ». Il est d'ailleurs apparu à une époque fort tardive de la civilisation grecque, environ deux siècles avant sa chute, pour remplacer précisément le mot « impie » (asebes). L'on peut remarquer également qu'il n'a aucun équivalent exact dans les autres langues. En latin, par exemple, seul existe le mot impius, en arabe, l'on a les mots mûshrik ou kuffr, or aucun ne désigne un « athée ». En dari, en plus de ces mots arabes, ceux qui désignent les impies peuvent être traduits par « sans religion » ou encore « qui ne connaît pas Dieu », mais il n'y a  aucune expression se rapprochant de ce que l'on voudrait entendre par « athée ». En sanskrit, le terme qui pourrait s'appliquer à l'athée signifie aussi, en réalité, « impie ». Là encore, on pourrait multiplier les exemples dans bien d'autres langues, l'on ne pourra que constater que l'idée d' « athéisme » n'est présente absolument dans aucune langue.

En considérant ce qui précède, l'on peut proposer comme seul sens possible pour « athée » le mot « impie », lequel désigne tout individu qui enfreint d'une manière ou d'une autre les commandements divins.

« Divin »» appelle à présent l'attention sur le second élément qui compose le mot « athée » : theos, « dieu ». Quoique des explications suffisantes aient été données sur terme par certains maîtres, un rappel s'impose ici : les « dieux » de l'antiquité, pas plus que les « devas » de l'hindouisme, ne sont des « dieux » dans le sens que ce mot a pris dans les religions récentes et qu'il a de nos jours pour la majorité de ceux qui l'emploient. Que sont les dieux ? La mythologie*, malgré toute la profanation et la déformation qu'elle a subies au fil des siècles, y répond : des créatures immortelles gérant exclusivement divers domaines du monde de la manifestation d'après les commandements d'un Être auquel ils sont soumis. Attendu qu'ils ne sont pas « éternels », que leur pouvoir est explicitement limité, qu'ils n'agissent que d'après les ordres d'une autorité absolue qui leur est supérieure par définition, l'on comprend immédiatement que ceux à qui l'on donnait jadis ce nom sont en réalité les « anges », y compris le maître de l'Olympe qui, dans la mythologie, reconnaît ouvertement qu'il est soumis au « Fatum » (« ce qui a été dit », autrement dit, le Verbe).

Ces quelques mots suffisent pour montrer que l'idée d'« athéisme » ne désigne absolument pas ce qu'on voudrait lui faire dire ; le mot, en somme, n'est qu'un simple synonyme du mot « impie » et rien de plus. Un « athée » n'est et ne peut être que celui qui est « éloigné des anges » ou de Dieu, « éloignement » exprimé par la « privation » compris dans le préfixe du mot.

Au fond, le seul terme qui pourrait à la rigueur désigner l'absurdité qu'on dissimule de nos jours sous « athéisme » serait le mot « nihilisme », attitude stupide - « philosophique » diraient les dictionnaires – qui soutient que rien n'existe. On ne peut pas descendre plus bas dans l'aberration et tout ce que l'on pourrait opposer à une pareille sottise, ce serait le silence.

* Cf. R. Guénon, Aperçu sur l'initiation, chap. XVII.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un mot sur un mot : athéisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Religion-
Sauter vers: