Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Tu ne comprendras point

Aller en bas 
AuteurMessage
Yama
Membre Extra
Yama

Masculin Nombre de messages : 534
Age : 36
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

Tu ne comprendras point Empty
MessageSujet: Tu ne comprendras point   Tu ne comprendras point Icon_minitimeMer 29 Mai - 11:28

Divagation
Tu ne comprendras point

Les Commandements ne sont pas des interdictions en réalité, mais des observations et ce « tu ne comprendras point » que j'ai l'outrecuidance de rapprocher des Commandements en aurait pu être aussi. « Tu n'auras pas d'autres dieux que Moi » ne signifie pas que les individus en général seront dans ce qu'on appelle le « monothéisme pur », mais que l'individu dans sa singularité et en fin de compte « n'aura d'autre divinité » sinon Lui. En fin de compte, parce que, comme cela a été rappelé en d'autres circonstances, nous sommes tous, au début, plus ou moins idolâtres dans le mesure où notre attention n'est pas exclusivement dirigée vers Lui et que nous admettons par ignorance nécessaire d'autres réalités que Lui.

Les Commandements expriment des finalités et sont plus ou moins « vrais » selon la vocation, le destin de chacun ; autrement tout eût été parfait, c'est-à-dire que rien n'eût été.

Mais revenons-en à la compréhension. L'on s'efforce naturellement de « comprendre », mille choses et, à un moment donné, le Mystère des mystères : la question du divin. L'on se met à étudier, à chercher, à lire les textes sacrés dans l'intention de « comprendre », mais on ignore que la compréhension est une impossibilité pure et simple et que nos efforts ne visent en vérité non point la connaissance mais la pacification et le nettoyage intérieurs afin que la connaissance vienne.

Qu'est-ce que la compréhension ? Une préhension intellectuelle, « comprendre » veut dire « saisir, prendre avec l'esprit » ou plutôt, dirions-nous, avec l'âme. Comment serait-ce possible de « saisir » l'Infini par le fini ? Aucune chance ! Or, dans la mesure où toute étude sérieuse débouche, à un moment ou à un autre, sur le Mystère, aucune compréhension n'est possible. Voudrait-on comprendre un brin d'herbe ? Étudions donc la biologie végétale, l'air, la chimie, la lumière, l'atome et la physique, laquelle suppose l'étude des « mathématiques » ; étudions donc la terre avec son histoire et le Soleil qui est le centre d'un système se trouvant à tel endroit dans un système plus vaste. Étudions encore notre galaxie qui est un point à peine perceptible dans le visible... Quand nous aurons étudié tout cela et ce qu'il comprend (courage à ceux qui en auraient le dessein!), fût-ce de la manière la plus approfondie et la plus complète, n'aurons-nous encore étudié que le visible, c'est-à-dire que nous n'aurons pour ainsi dire rien compris encore.

Si l'on est rigoureux, l'on ne peut qu'admettre que toute compréhension ne peut être en réalité qu'extrêmement limitée pour ne pas dire quasiment vaine.

Puisqu'il a été question du Mystère, il ne faut pas oublier que la lecture d'un texte comme le Coran ne peut avoir la « compréhension » pour finalité. Ceux qui cherchent à « comprendre » n'ont pas encore réalisé que ce « texte », en somme, n'est pas destiné à être « compris », mais que c'est... l'Eau divine dont la fonction essentielle est de nettoyer l'âme afin de permettre à la Lumière de jaillir du « cœur » un jour.

Il y a certes des « compréhensions », fortement limitées, elles ont cependant leur importance dans la mesure où, comme l'on disait chez nous, « goutte et goutte font fleuve » ; ces compréhensions, ces points infinitésimaux de lumière percent progressivement, de plus en plus, le voile des ténèbres et permettent, conséquemment, que la lumière nous arrivent de plus en plus abondamment. De même les vérités relatives, celles touchant chaque point en particulier, permettent-elles d'arriver un jour, si Dieu le veut, à la Vérité.

Toute cette divagation pour dire que s'il est assurément louable d'étudier, de s'abreuver aux bonnes sources, de vouloir dévoiler les vérités et la Vérité, il ne faudrait pas que le désir de comprendre soit nécessairement là. Lire certains textes, ce n'est pas « lire » mais s'abreuver de certains breuvages divins ; n'y comprend-on rien ? C'est très bien, que l'on ne s'en soucie pas, car le breuvages fait immanquablement son effet. Rappelons que c'est exactement pour cette raison que, par exemple, des personnes qui ne savent lire et qui ne comprennent mot d'arabe, parcourent avec le doigt et le regard les lignes du Coran et qu'il y a eu des saints parfaitement analphabètes et « ignorants » au sens commun de terme dans le monde ; il est très probable que de telles figures, que sont des soleils parmi les hommes, existent encore dans nos contrées heureusement arriérées.

Legere (lire, en latin) est aussi « choisir », « cueillir ». Le « choix » et la « cueillaison » impliquent aussi le regard. On peut regarder dans la bonne direction, on peut choisir et cueillir ce qui nous charme, mais il serait avantageux de « lire » comme si l'on admirait. Quel hideux sacrilège que de vouloir comprendre une rose ! Tu ne comprendras point, admire !
Revenir en haut Aller en bas
 
Tu ne comprendras point
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un point sur les Nouveautés Auto
» Le périnée au point de vue énergétique
» Point noirs et boutons
» Les oeuvres de Fanfan au point de croix
» la vache je pensais pas que c'était à ce point là !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Religion-
Sauter vers: