Aux amoureux de l'Afghanistan.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Putrescence spirituelle

Aller en bas 
AuteurMessage
Yama
Membre Extra
Yama

Masculin Nombre de messages : 534
Age : 36
Localisation : Kharâbât
Date d'inscription : 09/10/2012

Putrescence spirituelle Empty
MessageSujet: Putrescence spirituelle   Putrescence spirituelle Icon_minitimeMer 29 Mai - 11:35

Putrescence spirituelle

Le mot putrescence me plaît bien, quoique la première syllabe me rappelle les politiques. On pourrait en tirer la doctrine métaphysique, mais ce ne saurait être l'intention d'Ignarus.

Il indique à la fois la situation, individuelle et collective, l'impermanence de choses et de la situation même, et puis une certaine promesse qui égaie le cœur.

Apparemment, pour beaucoup de personnes les choses "vont bien", le monde va bien, eux-mêmes vont bien, et les problèmes de tous ordres semblent invisibles ou anodins. Mais pour une partie du monde, bien qu'elle puisse se trouver tout d'abord dans la première situation, il y une prise de conscience qui change le regard à la fois sur la réalité intérieure et sur l'extérieure. Voilà que l'abîme s'ouvre !

Cette prise de conscience révèle un pourrissement à la fois dedans et dehors; on a de nobles idées en soi, de louables objectifs, de belles valeurs mais l'on s'aperçoit que pour telle ou telle raison, l'on n'incarne ou ne peut incarner ces joyaux. Pis encore, plus on s'efforce de les incarner, plus arrive-t-il que l'on s'en éloigne et que l'on pourrisse de plus de plus. Voilà le début d'une longue lutte, voilà la putrescence, le combat héroïque qui se déroule dans l'âme jusqu'à ce que le processus soit terminé.

L'une des choses les plus importantes semble consister alors en l'examen lucide de la situation. Quels sont les problèmes ? Quels sont mes de défauts ? Quels sont mes vices ? Pourquoi me sens-je pourrir de la sorte ? La sincérité (ikhlâs) doit s'appliquer pleinement et chaque "défaut" doit être considéré, accueilli, reconnu pleinement non pas pour être repoussé aussitôt mais pour être broyé ou dissout radicalement. Dans ce travail, l'étude, la compréhension, l'effort sont sans doute importants, mais la patience et l'endurance (çabr) sont assurément plus importantes encore et quelque atroce que puisse paraître telle situation qui se présente, il ne faudra jamais oublier de cultiver le çabr en soi. Le travail consiste alors non pas à être "meilleur", à se défaire de la putrescence et de la pourriture, mais à être ce que l'on est, avec nos vertus, nos forces, mais aussi nos faiblesses, nos défauts, nos taches pour permettre à la dissolution patiente d'opérer de l'intérieur. Par ailleurs, l'on se souviendra constamment que notre réalité est au-delà de tout cela et qu'elle est inaltérable.

Revenons à la putrescence. C'est donc un processus durant lequel telle chose pourrit. Qu'est-ce que le pourrissement ? La transformation de matière grossière en matière subtile tout simplement. Ce "processus" indique le changement permanent de toute chose (donc rien, ni la situation, ni le parfum de tel bonheur ni l'odeur de la putrescence ne sont durables) et, à un autre niveau, la finalité de notre présence dans ce monde : transformation de la "matière grossière" en matière subtile et si l'on va plus avant, pour révéler l'Essence. Voilà la putrescence !

Le mot commence mal, c'est la prise de conscience douloureuse, il y a de la violence, des chocs, de la dureté (-tr), mais le tout débouche sur le son Essence avec une indication finale sur l'indicible (ce...). Le chemin peut être relativement aisé ou particulièrement douloureux, comme je le disais en d'autres occasions, mais la promesse est là... et rien ne peut empêcher la réalisation de cette promesse !

Que l'on voie donc le pourrissement, sans honte, sans trembler, avec lucidité, avec sérénité, que l'on observe attentivement ladite putrescence. Avec le temps, des signes particuliers viendront, nous enseignant que les choses n'étaient et ne sont pas telles qu'on les voit, que ce que nous considérions comme putréfaction était peut-être sanctification.

Que l'on se sente pourrir, finira-t-on par savoir un jour que tout cela était pour rire... Oui, l'on pourrit pour rire ! Mais que de chemin à parcourir pour enfin rire !

Pour ma part du moins, je suis une pourriture, et je remercie Dieu de m'avoir fait ce que je suis, malgré mes faiblesses, mes défauts, ma turpitude même qui, curieusement, avoisine une certaine béatitude.

Paix à vous, paix à vos vices éventuels, paix à vos faiblesses possibles, paix à vos prévarications supposées, paix notre humanité !
Revenir en haut Aller en bas
 
Putrescence spirituelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature spirituelle des cheveux
» Pléiadiens mythe ou réalité ??
» Pour une pratique spirituelle bien comprise
» Irritation ? Mycose ?
» Les vertus du Thym

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Religion-
Sauter vers: